!!!!Flashforward!!!!

Nous sommes le 20 août 2016 Frank Ocean est enfin de retour avec non pas, Boys don’t cry comme les rumeurs l’avaient annoncées mais avec un album sobrement intitulé: « Blond(e). »

C’était donc fébrile et plein d’appréhension que j’appuyais sur le bouton play et:

« Holy sh*t que c’est bon! »

Il ne m’aura fallut qu’une écoute pour sentir que nous tenions là une galette sacrément lourde et quelques unes en plus pour en venir à la conclusion que:

Franky a fait encore plus fort que sur Channel Orange.

Dans son ensemble, bien que Blond soit moins typé R’N’B, il n’en est pas moins terriblement bien travaillé, plus aérien et bien plus intimiste dans son approche. C’est une véritable prise de risque qui ne tombe cependant, jamais dans le pseudo-expérimental, indigeste. Le tout est parfaitement homogène avec en guests: Beyoncé, Kendrick Lamar, André 3000, James Blake et Bon Iver. En somme, du lourd. Il est cependant regrettable que leurs apparitions soient si « discrètes ».

Niveau lyrics, bien que l’album parle essentiellement d’amour, la plume de Frank Ocean est toujours aussi singulière, sachant toujours toucher la ou ça fait du bien/mal.

« This love will keep us through blinding of the eyes

Silence in the ears, darkness of the mind

Untile it’s time »

S’ll devait y avoir une bande originale pour le film: « je marche main dans la main avec ma go’ sur une plage déserte en mode couché de soleil » ce serait Blond, sans la moindre hésitation!

Pari réussi donc pour Frank Ocean qui ne nous aura pas tait attendre en vain!

Et si mes propos de fan absolu ne t’on guère convaincu, écoute:  Pink + White, Self Control, Futura Free  et surtout, le tubesque Ivy!

Tu m’en dira des nouvelles!

Sur ce, je retourne m’écouter Blond!

Bonne rentrée à tous!