Keep the family close, première track de l’album, met immédiatement les point sur les I. Loin d’être un gros bangerz qui tâche, les relents R’n’b du morceau, dont les sonorités m’ont beaucoup fait penser à la mixtape Nostalgia Ultra de Frank Ocean, me laissent espérer qu’à défaut de faire mieux, Drizzy fera au moins aussi bien que son précédent bébé tant le niveau qualitatif est élevé.

La suite ne fera que confirmer mes premières impressions. Feels No Ways et son beat pop 80’s est une BOMBE! Un véritable tube et de loin, le son que j’ai préféré sur l’album. Jordan Ullmann du duo Majid Jordan est à la prod (QUELLE PROD!!!!!!!) et niveau textes, Drizzy nous narre ici, une fois de plus, une histoire liée à la gente féminine (son ex si j’ai bien compris!)

Weston Road Flows et ses effluves 90’s (Le sample Mary’s joint de Mary J Blige y est pour beaucoup) vous transportera dans le quartier de Weston Road ou Drake à passé son enfance… Nostalgie garantie!

Hype, Still here et Grammys avec son comparse Future, sont la pour le quota trap. Et ma fois, ça kick sévère!

Mais, parce qu’il y a un mais, bien que je me sois pris une série de crochets du droit le long de l’écoute, l’album souffre tout de même de quelques longueurs (En même temps, 20 titres, ça fait beaucoup à digérer) et surtout de fautes de goûts…

Pourquoi a-t-il fallut que Drizzy nous glisse des sons typés afro beat? One Dance et surtout Too Good en featuring avec Rihanna!!! 4 ème collaboration en duo, 4 ème texte focalisé sur les relations de couples… #relou

Pas que ces sons soient dégueux, loin de là, mais ils tranchent méchamment avec le reste de l’album! 

Album qui se clôture d'ailleurs avec l'excellent Hotline Bling que l'on ne présente plus, tant il fut matraqué sur les ondes l'été dernier.

Au final, je déteste toujours autant Drake et sa gueule de premier de la classe mais il a fait le taff! Très bien même! A l’inverse de certains dans le rap-game qui ont du soucis à se faire s’ils veulent rester confortablement installés sur leur trône.